Tintin Ad Hoc

Vous aussi il vous a fait rêver et a fait naître en vous cette envie d’aventure, de devenir, un jour, un grand reporter.

Nous n’arrivons pas toujours là où nos illusions de gamin devaient nous porter mais pas question d’abandonner ses rêves. Il est grand temps de se replonger dans les aventures de Tintin. Avec sa houpette rousse et sa belle frimousse, Hergé nous embarque dans un monde mystérieux de Moulinsart au Congo, du Tibet aux cratères lunaires.

Mais le saviez-vous ? L’auteur a dissimulé dans ses 24 albums des perles linguistiques qui méritent d’être mises en exergue.

Demain sort un livre de Didier Quella Guyot intitulé « Hergé mots et jeux de mots » qui présage de belles surprises.

En attendant, l’occasion de le lire, voici un échantillon des mots farceurs qu’Hergé a glissés dans les bulles de sa BD.

Au cours de ses voyages en Egypte, Tintin rencontre des personnages aux noms pour le moins surprenants. L’égyptologue est baptisé I.E. Roghliff (hiéroglyphe), un certain Lord Carnawal aurait été victime de la malédiction de Tout-Ankh-Amon, ce qui rappelle le vrai nom du pauvre maudit Lord Carnavon.  Quant à l’archéologue Grossgrab, c’est un clin d’oeil au professeur Grossgravenstein présent dans le « Mystère de la Grande Pyramide » de Blake et Mortimer.

Dans « le Sceptre d’Ottokar », l’album entraîne Tintin vers de dangereuses aventures face à Musstler, fusion diabolique entre Hitler et Mussolini.

« Les Bijoux de la Castafiore » nous révèle les goûts luxueux de Bianca pour la haute couture mais aussi les joailleries de Tristan Bior (parodie de Christian Dior).

Enfin, dans les froides contrées tibétaines, notre héros arrive au le village de Khor-Biyong rappelant la localité belge de Corbion.

Georges Rémy, dit HG aka Hergé ne manquait pas d’humour, à vous de recenser les autres calembours dont il a parsemé son oeuvre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *